Le 1 mai 2019, une journée pour le plaisir des sens…

Le Conservatoire botanique du Stang-Alar a accueilli, en ce mercredi 1er mai, sa traditionnelle Journée des plantes organisée depuis 1988 par l’association L’Arche aux Plantes.

Objectif : alimenter le fonds dédié aux actions de sauvegarde des espèces en voie de disparition.

57 exposants étaient présents. 10 000 visiteurs étaient attendus.

La journée s’est articulée sur 3 actes :

Déambulation dans la foire aux plantes

Découverte du Jardin du Conservatoire

Visites des serres tropicales

 

L’Arche aux Plantes

en soutien des actions de sauvegarde

Créée en 1986, L’Arche aux plantes est l’association de soutien du Conservatoire botanique. Depuis sa création, le fonds est intervenu pour de nombreuses actions, comme le sauvetage du panicaut vivipare dans le Morbihan et le sauvetage du rafflesia en Indonésie. La Journée des plantes du 1er mai contribuera ainsi à financer plusieurs projets : l’équipement de pépinières en montagne des Français à Madagascar, l’équipement d’une pépinière à Robinson dans les Mascareignes, l’édition d’un guide des sphaignes du massif armoricain, ou encore un herbier du conservatoire et un plan du jardin.

https://archeauxplantes.jimdo.com/fêtes-des-plantes/

Le Conservatoire Botanique National

et les serres tropicales

L’idée originale de Conservatoire botanique, une structure spécialisée dans la préservation des plantes menacées, revient à Jean-Yves Lesouëf. Une première mondiale qui voit le jour à Brest en 1975 et qui fait école aussitôt en France et dans le monde.

Aujourd’hui, l’intérêt de cet établissement est plus que confirmé. Le Conservatoire botanique est engagé dans les politiques structurantes du patrimoine naturel de l’Ouest de la France et présent dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux.

L’aventure commence en 1975 avec Jean-Yves Lesouëf, Bretagne vivante, Brest métropole et le ministère de l’Environnement.

Il s’agit de trouver un lieu qui puisse accueillir un futur jardin botanique de conservation. Après étude des candidatures et des localisations, c’est le Vallon du Stang-Alar à Brest qui est retenu.

Cette ancienne zone de pâturage, exploitée comme carrière jusqu’en 1966 puis laissée à l’abandon, est acquise par la métropole qui envisage de la réhabiliter en grand espace vert périurbain.

Le site réunit des conditions favorables à la culture : douceur du climat, présence du ruisseau, pentes escarpées et hautes falaises.

Il est divisé en deux zones : au nord « le parc public » et au sud « le Conservatoire botanique ».

Les premiers équipements du Conservatoire sont la banque de graines et le jardin botanique de conservation ouvert au public.

Le Conservatoire mène de nombreuses missions de sauvetage à l’étranger et se préoccupe dès le début des plantes sauvages menacées de Bretagne et du Massif armoricain. (… SEPNB)

En quelques années, il est déjà considéré comme à la pointe des efforts internationaux en matière de conservation des plantes sauvages

 

Les 11 conservatoires botaniques nationaux mènent sur leurs territoires des missions d’étude, d’accompagnement, de préservation et de sensibilisation au service du patrimoine végétal sauvage.

Les labels Jardin remarquable® et Jardin botanique de France® couvrent aussi les actions menées dans le Jardin du Conservatoire.

Conservatoire botanique national

Conservatoire botanique national Alpin

Conservatoire botanique national de Bailleul

Conservatoire botanique national du Bassin Parisien

Conservatoire botanique national de Brest

Conservatoire botanique national de Corse

Conservatoire botanique national de Franche-Comté

Conservatoire botanique national de Mascarin

Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées

Conservatoire botanique national du Massif Central

Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles

Conservatoire botanique national Sud-Atlantique

Jardin remarquable

Abbaye de Daoulas

Domaine de Trévarez

Jardin du Conservatoire botanique national de Brest

Jardin du Prieuré de Locmaria

Jardin exotique et botanique de Roscoff

Jardin Georges Delaselle

Parc botanique de Cornouailles

Jardin botanique de France

28 jardins du réseau ont obtenu leur accréditation dont 2 en Suisse et 1 à Monaco.

 

Le Conservatoire botanique national de Brest intervient sur 12 départements répartis sur 3 régions : Bretagne, Normandie et Pays de la Loire.

Sa spécificité depuis son origine est son action internationale, plus particulièrement dans les îles océaniques.

Vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=WZnFyTwemKA

https://www.youtube.com/watch?time_continue=8&v=OMznJnnwgpU

La préservation du Panicaut vivipare (Eryngium viviparum

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=jZLIlJbeZls

Le Jardin du Conservatoire botanique national de Brest vous invite à la découverte du monde végétal en famille sur 30 hectares. Il présente des espèces végétales provenant de diverses régions du monde (Europe, Asie, Amériques, Australie, Afrique du Sud).

Ne manquez pas les serres tropicales avec les plantes les plus rares et les plus menacées de la planète (env. 800 … Sur 1000 m²), elles évoquent 4 zones tropicales différentes : les montagnes humides, les îles sub-tropicales, les zones sèches et les forêts humides.

https://www.youtube.com/watch?v=lCbUe4F2JF4

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=auIqdWLS6_Y

Une journée bien remplie où chacun à pu apprécier les trésors rares et préservés du Conservatoire.

Tous savent maintenant que les Cyprès chauves respirent avec leurs genoux…que les séquoia sont considérés comme des fossiles vivants et que le Conservatoire à sauvé les Cocotiers du Chili menacés dans leur pays et dont deux spécimens de 120 ans vivent à Lorient dans le jardin du Faouëdic…

Et le soleil était avec nous!